Les chiffres de FEBIAC, la Fédération Belge et Luxembourgeoise d’automobiles et de deux-roues, montrent qu’une augmentation significative du nombre d’immatriculations de nouveaux véhicules à moteur à deux roues s’est poursuivie au cours des premiers mois de cette année. Cela concerne à la fois les motos et les scooters. L’année 2018 s’est terminée avec une croissance de 11% et le premier trimestre de 2019 enregistrait déjà une croissance de 10% par rapport à la même période de 2018. Si on inclut également les cyclomoteurs, on note une augmentation du marché total des deux-roues motorisés non moins de 23,8 %.

Au cours des trois premiers mois de 2019, FEBIAC a enregistré 6 862 immatriculations de motos, scooters et trikes neufs. Cela représente 620 de plus qu’au premier trimestre de 2018. Cette croissance s’explique en partie par le lancement de nouveaux modèles, mais également par les problèmes de mobilité auxquels le deux-roues motorisé peut apporter une réponse toute prête. Grâce à la construction étroite des véhicules, ces moteurs et scooters peuvent facilement traverser le trafic en ville animé et les embouteillages. Après tout, ces véhicules sont autorisés à circuler entre les rangées de voitures tant que la vitesse de la circulation automobile est inférieure à 50 km/heure et que la différence de vitesse ne dépasse pas 20 km/heure.

Solution de mobilité

Dans les catégories qui se prêtent bien aux déplacements quotidiens, tels que les scooters 125cc (avec lesquels vous pouvez également conduire avec un permis de conduire B dans certaines conditions), les roadsters / basics et les motos de piste, les immatriculations augmentent respectivement de 14,1%, 18,3% et 14,4%. Ces chiffres indiquent que le scooter et la moto respectent leur statut de solution de mobilité.

Si nous examinons les différences régionales, la croissance est la plus forte dans les zones densément peuplées. La région de Bruxelles-capitale et les provinces d’Anvers, du Brabant flamand, du Brabant wallon, ainsi que de Flandre-Orientale représentent environ 55% de toutes les inscriptions.

Nouveaux modèles

Les nouveaux modèles donnent également un « coup de pouce » au marché. Par exemple, BMW a annoncé un nouveau modèle au milieu de l’année dernière. Toutes les différentes versions de ce nouveau modèle figurent immédiatement au sommet du classement. C’est l’une des raisons pour lesquelles BMW occupe la première place du top 10 des marques les plus enregistrées (+ 20,4%).

Cependant, BMW n’est pas la marque du top 10 qui a connu la croissance la plus rapide. Cet honneur est réservé à Honda, qui est le numéro deux avec 33% de mieux que l’an dernier. Yamaha, leader du marché de l’année dernière, doit se contenter de la troisième place.

Le cyclomoteur tient bon

Avec les cyclomoteurs, le nombre d’enregistrements a presque doublé. De 3 676 en 2018 à 5 408 cette année, cela représente une augmentation de 47,1%. Cette augmentation est principalement due aux pedelecs de vitesse populaires (ceux-ci appartiennent à la catégorie B, avec des vitesses allant jusqu’à 45 km/heure), mais aussi au cyclomoteur traditionnel (les catégories A à 25 km/heure et les catégories B à 45 km/heure) tient son rang.

En catégorie A, les marques classiques SYM, KYMCO et Peugeot continuent de bien se comporter. SYM et Piaggio ont fait de grands progrès avec les cyclomoteurs à 45 km/heure.

Source: FEBIAC

Menu